Conclusion

Durant la première moitié du XXème siècle, nombre de publicitaires ont suivis la théorie de standardisation consistant à diffuser dans tous les pays la même campagne. Bien que se révélant nettement moins cher, ce type de campagne, s’est heurté à ses limites telles que, mauvaises compréhension de ces publicités dans certains pays. Les publicitaires n’avaient pas tenu compte des différences socio-culturelles, langue, coutumes, religions,… Ni des différentes législations en vigueur dans le monde, autorisant ou interdisant la publicité pour certains produits. Après des échecs, ils ont tentés de reprendre au mieux aux consommateurs locaux en adaptant leurs attentes des campagnes publicitaires. Mais cela a entrainé des disparités de l’image de la société sur les marchés internationaux. Des théories intermédiaires ont alors été mises en places et les agences de publicité après une période de globalisation et d’adaptation reviennent de plus en plus ç des publicités qui tiennent compte des prérogatives régionales, avec une axe de campagne communs assortit d’aménagement spécifique ou de mise en forme nationale. On peut d’ores et déjà imaginer que les campagnes publicitaires telles qu’on les connait actuellement ont encore évoluées, d’une part parce que les professionnels de la TV promettent aux téléspectateurs un choix de presque 500 chaînes différentes et chacune d’entre elles sera avides de revenus publicitaires d’autre part, la publicité n’a jamais perdu de temps pour exploiter les nouvelles technologies.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site